Infolettre: 

Bio

Après la parution de EPØ en 2012, un maxi aux influences folk-noir (Elliott Smith, Nick Drake) David Boily lance en 2015, DOPAMINE, un premier album complet qu'il autoproduit et coréalise avec sa complice Syndia.

Rock-indie aux accents progressifs, DOPAMINE est une ode à la ferveur dévorante qui prend aux tripes. C'est un regard lucide au creux du miroir. C'est l'urgence de vivre ici et maintenant.

Multi-instrumentiste autodidacte, David Boily laisse son empreinte sur toutes les étapes de la production (composition, instrumentation, arrangements, réalisation, mix) donnant à l'ensemble une signature sonore très personnelle et distincte. Extrême introverti avoué, il livre des textes intimes et vifs, visiblement tournés vers l'intérieur.

Du côté musical, on y retrouve un reflet de ses influences éclectiques : un faible pour le rock accrocheur de Weezer, une nette affinité pour les riches harmonies vocales d'Elliott Smith et une profonde admiration pour les ambiances atmosphérique de Pink Floyd.

Résultat: un album intense et contrasté où règne une dualité entre le dur et le doux, entre le mélancolique et l'explosif.